Comment organiser ses cocons sémantiques pour le référencement naturel ?

Si vous avez parcouru l’article précédent, vous connaissez mieux désormais la théorie des cocons sémantiques. Nous allons maintenant vous expliquer comment organiser vos pages au sein même de votre cocon sémantique. Cela concerne à la fois la catégorisation des pages de vos sites, mais aussi leur rédaction et les liens qu’elles ont partagent entre elles.

Comment organiser ses cocons sémantiques ?

Exploiter le cocon sémantique pour votre SEO

Pour vous apprendre à bien utiliser cette théorie, nous allons aborder certaines notions que vous avez peut-être déjà croisé :

  • Les pages cibles
  • Les pages complémentaires
  • Le maillage interne
  • les liens sortants

Les pages cibles

Les pages cibles sont les rubriques optimisées sur les mots-clés les plus rentables et et à positionner sur les requêtes correspondantes. Elles représentent la première page du cocon sémantique et constituent son point culminant. Elles sont uniquement liées aux pages intermédiaires ou mixtes (du premier rang donc ). La ligne sémantique de la page cible sera défini par cette succession de pages complémentaires au travers d’une maillage interne judicieux sous la forme d’un arbre généalogique. On ne trouvera dans le contenu des pages cibles aucun lien vers la page d’accueil pour éviter une déperdition du jus SEO qui pourrait compromettre leur positionnement. De la même manière, les pages cibles ne pourront admettre de liens sortants pour éviter une perte de jus SEO cette fois-ci externe.

Les pages secondaires

Ces pages secondaires (complémentaires ou mixtes/intermédiaires) seront organisés de manière logique entre elles, au sein d’un cocon sémantique commun, et reliées à une page cible qui sera optimisée et positionnées sur le mot-clé le plus rentable du champ sémantique. Ces pages complémentaires auront pour objectif de définir le sens, par glissement de sens, de l’univers sémantique du cocon. Elles auront pour effet de favoriser le positionnement de leur page cible et de satisfaire la curiosité des internautes, garantissant une bonne expérience utilisateur sur les pages du site. Prenons l’exemple d’une page cible sur la vente de voitures qui se déclinera en un certain nombre de pages intermédiaires, dont une consacrée aux types de voitures. Cette dernière page dirigera au choix l’internaute vers des pages complémentaires dédiées aux voitures berlines, breaks, familiales, compactes…

Le maillage interne

Nous l’avons vu, les pages complémentaires et intermédiaires sont reliées entre elles successivement par des liens hypertextes, de la même façon qu’un arbre généalogique. Ces pages secondaires contribuent au positionnement de la page cible à laquelle elles sont connectées de manière directe (pages intermédiaires) ou indirecte (pages complémentaires). La plus grande partie du maillage interne restent cloisonnée en un même cocon sémantique pour garantir l’étanchéité et la cohérence sémantique de celui-ci. Ces liens internes permettent le glissement sémantique entre deux pages, la mise en concurrence des pages d’un même cocon et donc, une meilleure définition du champ sémantique défini. Des liens entre des pages de cocons différents sont possibles mais doivent être mis en place de manière pertinente et mesurée, toujours pour veiller à l’hermétisme et à l’efficacité des cocons sémantiques.

 

Poursuivre la lecture :
Qu’est-ce que le glissement sémantique ?

Share Button
Comment organiser ses cocons sémantiques pour le référencement naturel ?